Découvrez les coulisses de la formation blockchain d’Alyra (Partie 5 et fin)

Depuis son apparition il y a quelques années, la blockchain a progressivement impacté les usages dans tous les domaines de l’activité économique mondiale. Grâce à sa capacité à favoriser une meilleure consommation de la donnée et à assurer une sécurité optimale, elle a énormément gagné en croissance et s’est imposée comme une innovation incontournable dans le monde moderne. Aujourd’hui, les entreprises et diverses organisations y ont davantage recours dans leurs stratégies opérationnelles. Cela crée des besoins importants en termes de main-d’œuvre. En vue de former cette main d’œuvre afin de satisfaire la demande sans cesse croissante, Alyra, l’école de la blockchain, forme les différents profils le long de la chaîne de valeurs. Depuis maintenant une dizaine de semaines, je suis inscrit dans une formation de l’école dénommée : « Conduire un projet innovant ». Ainsi, chaque 15 jours, je produis un résumé des notions acquises sur place et fournis un aperçu de l’ambiance qui prévaut. Dans cet article, je vous emmène une fois encore au cœur d’Alyra. Mais cette fois, sur les quatre dernières semaines de ma formation. C’est aussi le dernier billet que je produis sur mon parcours.

Les talks d’Alyra 

Les talks d’Alyra, comme vous le savez maintenant, sont des introductions aux grandes notions développées dans la formation. Ils sont animés par des professionnels du domaine de la blockchain et portent généralement sur des questions de grand intérêt, portées sur les thématiques à développer.

Quand la blockchain prend part aux efforts de protection du climat 

Le 21 novembre dernier, le talk a été animé par Alix Boumediene et Mickael Faust, cofondateurs de TerrabioDAO, une solution proposant de générer des profits en rachetant une empreinte carbone par l’intermédiaire d’une DAO (organisation autonome décentralisée). Avec eux, nous avons échangé sur les questions d’ordre environnemental et comment la blockchain peut être utilisée pour contribuer aux efforts climatiques. 

Les responsables de TerrabioDAO veulent surtout stimuler la création d’un environnement de sensibilisation des acteurs de la blockchain aux enjeux environnementaux. Ceci, via un label certifiant, un incubateur de projets et un programme d’investissements éthiques. Ils cherchent également à développer et à renforcer l’activité associative sur la blockchain pour offrir une gestion administrative, ainsi qu’une comptabilité publique, décentralisée et infalsifiable.

Quelle place pour la presse dans la blockchain ? 

La question de la presse dans les questions liées à la blockchain, aux cryptos, aux NFT, etc., a été débattue le 28 novembre avec Raphaël Bloch, cofondateur de The Big Whale, un média spécialisé dans les cryptos sous forme de newsletter hebdomadaire gratuite et payante. Il a notamment été question avec lui de parler du potentiel et des opportunités qu’offre la nouvelle technologie pour le domaine des médias. 

Entre autres, le chef d’entreprise a expliqué que : « La blockchain est un secteur très prometteur, mais encore immature dans beaucoup de domaines. C’est particulièrement valable dans la couverture médiatique du secteur qui passe généralement par des influenceurs ou des articles sponsorisés. Il y avait besoin d’une couverture médiatique qualitative pour l’écosystème ».

Dans la même veine que son prédécesseur, Grégory Raymond, cofondateur de The Big Whale, a animé le 5 décembre un talk distinct dans lequel nous avons échangé sur la posture à adopter lorsqu’on couvre la crypto et les autres branches de la blockchain. Il arrive en effet que les lecteurs, membres de communautés crypto diverses accusent le média d’être soit trop complaisant, soit trop critique. L’expérience acquise par The Big Whale lui a globalement permis d’affiner sa stratégie éditoriale. À cet effet, Grégory Raymond a déclaré : « Être journaliste crypto, c’est comme être journaliste politique ».

Nous avons également parlé des perspectives de ce média, qui se veut être un acteur clé dans l’écosystème.

Qu’avons-nous appris au cours des quatre dernières semaines de la formation « Conduire un projet innovant » ? 

Dans mon dernier résumé sur les activités de ma formation à Alyra, je vous ai offert une plongée au cœur des notions de smart contracts et des divers protocoles et blockchains publiques. À ce niveau, il a été question de mettre en évidence l’importance des contrats intelligents dans les interactions entre acteurs de la blockchain. Nous avons également parlé de tous leurs avantages, dont entre autres, la transparence. En ce qui concerne les autres protocoles et blockchains publiques, j’ai évoqué tout ce qui existe en dehors des protocoles Bitcoin et Ethereum et des spécificités qu’on peut rencontrer. 

Cette fois, je vous parlerai du marché de la blockchain, des innovations et usages, ainsi que des solutions de marché, des cryptoactifs, de leur financement, de la DeFi, du droit et de la gouvernance sur la blockchain.

Le marché de la blockchain 

Le marché de la blockchain est en constante croissance. Il a le potentiel de transformer de nombreux secteurs grâce à sa technologie de stockage et de transmission sécurisée de l’information. Dans cette partie de la formation, nous avons été introduits aux différentes spécificités de ce marché, ainsi qu’aux types d’acteurs. L’un des maillons clés de ce marché et de toute la chaîne de valeurs est le consultant. C’est un profil clé de cet écosystème. Nous avons parlé des outils dont il a besoin pour exercer son métier, de la place des médias spécialisés et des journaux, de l’importance des fournisseurs de données on-chain, de l’intelligence économique entourant ce marché, mais aussi de comment la blockchain peut impacter divers secteurs d’activité dans le monde.

Les innovations, usages et solutions de marché

Dans ce chapitre du cours, nous avons abordé les notions techniques de scalabilité, de solutions on-chain et off-chain, avec un clin d’œil aux solutions offertes par Ethereum, l’un des acteurs incontournables de l’écosystème. Nous avons également porté une attention particulière sur les rollups. Il s’agit d’une technique utilisée dans le domaine de la blockchain et de la crypto pour augmenter la capacité de traitement des transactions. Ils permettent de regrouper plusieurs transactions en une seule, ce qui réduit la charge sur le réseau et accélère le temps de confirmation des transactions. 

Cryptoactifs, financement digital et DeFi

Les acteurs de la crypto ambitionnent de révolutionner la finance à travers la finance décentralisée (DeFi), via les cryptoactifs. Ici, nous avons pris le temps de creuser chacune de ces notions et d’explorer les tenants et aboutissants de celles-ci. Plus important encore, nous avons opéré un récapitulatif des événements marquants de la DeFi en 2021, les forces et les dynamiques du marché, mais aussi les monnaies numériques des banques centrales (CBDC), avant de s’intéresser à comment elles comptent damer le pion aux cryptos émises par des opérateurs privés.

Blockchain, droit et gouvernance 

C’est un impératif. Pour mieux maîtriser et opérer dans le domaine de la blockchain, il importe de connaître la législation autour du concept. Puisque nous sommes en France, nous avons étudié comment le droit français appréhende la notion de blockchain, mais aussi les infractions communes à elle, telles que : la fraude et le blanchiment. Nous avons également apporté des éléments de réponses aux questions qui entourent la lutte contre la criminalité dans le domaine de la blockchain. 

Soutenance 

Comme annoncé il y a quelques semaines, à la fin de la formation, les participants sont tenus de travailler sur des projets de blockchain innovants et d’en présenter les grandes lignes, au cours d’une soutenance. Cela leur garantit ensuite l’obtention du diplôme.

Ainsi, dans le cadre de la soutenance, j’ai travaillé avec 5 autres de mes collègues sur la conception d’un wallet non custodial, seedless, éducatif et ergonomique, que nous avons dénommé Deana. Notre wallet met un accent particulier sur la sécurité. Sa réelle proposition de valeur réside dans le fait que le mnémonique sera remplacé par une combinaison de biométrie et d’un secret, laquelle sera sécurisée via une protection communautaire (Social recovery/ guardians).

Notre projet vise notamment à faciliter l’accès à la blockchain pour tous. Nous avons surtout ciblé les utilisateurs pas très à l’aise avec la technologie blockchain en raison de ses apparentes contraintes et difficultés, mais qui s’y intéressent tout de même et recherchent un outil simple d’utilisation. Nos principaux concurrents sont ZenGo et Argent qui proposent des solutions similaires.

La soutenance s’est déroulée le 14 décembre. Le jury, composé de professionnels de la blockchain, a été sympathique et s’est montré très ouvert à l’écoute. On peut dire que les choses se sont passées de la meilleure des manières. Il faut dire que nous avons un peu stressé quant à la manière d’aborder la séance, mais c’était plus de peur que de mal.

Conclusion 

En dépit de quelques petites difficultés, notamment le fait qu’il y ait, d’après moi, beaucoup trop de matières qu’il fallait gérer, mon point de vue sur cette formation que propose Alyra est fortement positif. J’ai aimé l’expérience de bout en bout. J’ai apprécié le brassage des différents profils, le partage de connaissances, l’ambiance générale, mais surtout la disponibilité des formateurs, ainsi que celle de l’équipe dirigeante d’Alyra. J’en garde un bon souvenir et je recommande vivement cette formation aux personnes désireuses de faire carrière dans ce domaine d’avenir. D’ailleurs, les admissions pour la prochaine vague de formation (Session Satoshi), qui débute le lundi 23 janvier 2023, fermeront le 19 janvier 2023.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Luc Jose Adjinacou avatar
Luc Jose Adjinacou

Loin d’avoir refroidi mes ardeurs, un investissement infructueux en 2017 sur une cryptomonnaie n’a fait qu’accroitre mon enthousiasme. Je me suis dès lors résolu à étudier et comprendre la blockchain et ses nombreux usages et à relayer avec ma plume de l’information relative à cet écosystème.

Découvrez les coulisses de la formation blockchain d’Alyra (Partie 5 et fin)